Sport, cinéma, télévision, musique…
comment la pop culture nomme la France depuis un siècle

Représentative d’un ensemble de phénomènes de masse très influencés par les médias, la culture populaire, autrement appelée « pop culture », imprègne la société dès le début du XXe siècle. Qu’il s’agisse de sport, de divertissement, de mode ou même de politique, les éléments qui la caractérisent ont aujourd’hui une influence mondiale. Que ce soit dans la manière dont on s’habille, mange ou communique, cette influence est omniprésente dans notre quotidien.

Plusieurs études ont constaté un nombre croissant de prénoms directement inspirés de la pop culture. Les stars du grand et du petit écran n’y sont pas pour rien. Mais ce phénomène est loin d’être nouveau. Fréquemment associés à des personnages symbolisant des évènements marquants, les prénoms que les parents choisissent pour leurs enfants reflètent souvent une époque.

Ce document interactif montre comment à travers le temps, la pop culture s’est chargée de nommer les bébés de France.

L’influence de la culture pop sur les prénoms

L’influence

de la culture pop

sur les prénoms

Découvrez les tendances !

Copiez le code source ci-dessous pour ajouter cette infographie interactive à votre site Internet :

Attribué dès la naissance pour désigner une personne de façon unique, le prénom donné au bébé obsède souvent les parents. Il reflète à la fois notre personnalité et celle que l’on souhaite pour le nouveau-né. Avant d'annoncer l’arrivée de bébé avec un joli faire-part, il faut bien que les parents trouvent un terrain d’entente sur le nom donné à leur enfant. La culture rigide du prénom dont la France hérite de la Révolution, ne freine en aucun cas la créativité de certains parents pour nommer leur progéniture. À cette époque par exemple, certains prénoms peuvent refléter l’adhésion à des idéaux. Les parents commencent à associer le prénom de leur enfant à ce qui leur semble être quelque chose de signifiant et positif. L’ensemble des évènements, des images, des attitudes ou des idées qui caractérisent la culture populaire du début du XXe siècle et sur laquelle l’occident s’est forgé, apporte de nouveaux idéaux. Les révolutions se font dans l’art, le sport ou le cinéma ; les figures sont des musiciens, des athlètes ou des acteurs. L’association d’un prénom à un idéal politique ne s’arrête pas à la période postrévolutionnaire. Deux des pères fondateurs français de l’Union Européenne, Robert Schumann et Jean Monnet, représentent dans les années qui suivent la seconde guerre mondiale, la paix, l’espoir et l’unité. Certains parents ont donc tout simplement fusionné leurs prénoms et Jean-Robert devient dans les années 50 un prénom populaire et répandu.

On observe donc que des figures historiques, connues par le plus grand nombre grâce aux médias, ont une influence sur la mode des prénoms. Ces derniers sont inscrits sur les actes de naissance, les livrets de famille ou encore les cartes de baptême : trésors historiques représentatifs d'une époque.

Autres qu'historiques, ces figures, auxquelles on aime s'identifier, peuvent être issues d'un autre univers : notre rock star préférée peut en effet autant influencer sur le choix de notre veste en cuir que sur le prénom donné à notre bébé.

La musique est présente dans toutes les sociétés humaines depuis la Préhistoire. On y danse, on s’y rassemble, on s’y identifie : elle est bien évidemment un élément incontournable dans ce qui définit la pop culture. On observe bien souvent que le prénom d’un chanteur est à la mode lorsque sa carrière et sa cote de popularité sont au plus haut. Si bien que certains prénoms peuvent à eux-mêmes évoquer un genre musical. Disons que Elvis et Johnny sonnent plus rock’n’roll que Jean-Sébastien. Mais les interprètes ne sont pas les seuls à inspirer les parents. Certaines de leurs chansons ont elles aussi leur impact, comme Belinda de Claude François, Marylou de Polnareff ou Mélodie de Gainsbourg.

Symbole du maintien et de l’amélioration des capacités physiques pour l’athlète, transmetteur d’émotion et de sentiment d’unité pour le spectateur, le sport est dans certains foyers une réelle source d’inspiration. L’augmentation du nombre de Bixente et de Zinedine après l’inoubliable victoire des Bleus en 1998 en est une parfaite illustration.

En France, l’apparition des prénoms américains dans les années 70-80 venant des séries diffusées à la télévision, se voit croître de manière presque simultanée avec l’exportation du divertissement. Si l’on prend l’exemple du prénom Lana, inexistant en France avant les années 2000, son arrivée et son évolution se font ressentir en même temps que la série Smallville, dont l’héroïne principale porte le même prénom. Cette démarche s’est donc formalisée dans les années 90-2000 pour en devenir normale aujourd’hui. Et ce n’est pas le roi des sept couronnes de Game Of Thrones et son armée qui viendront y mettre un terme. En effet, depuis 2013 le prénom Khaleesi a été recensé pour la première fois.

Reconnu comme étant l’objet visuel le plus représentatif de la culture populaire, le cinéma n’échappe pas à la règle. Regroupant à la fois la littérature, la mode, la musique et la technologie le grand écran passionne et fascine. Qu’il s’agisse de personnages fictifs comme Léon dans les années 90 ou d’acteurs et actrices comme Brigitte Bardot dans les années 60, le 7e art est en France depuis le XX siècle, une source d’inspiration répandue pour les parents.

Elle créé des modèles, se réinvente, se démode et se raccommode. On peut difficilement parler de tendances sans parler de Mode avec un grand « M » dont les années 50 furent entre autres marquées par le raffinement et la modernité des créations du célèbre couturier français, Christian Dior. Représentant de la femme nouvelle et élégante, ce Français d’origine normande a su transformer son nom et son prénom en une marque connue à l’international. À défaut de s’inviter dans toutes les garde-robes de France, le luxe et l’excellence que ce prénom véhicule en plein “Baby Boom” inspire beaucoup de parents. Toute aussi connue à la même époque, Gabrielle Chanel, qui se faisait appeler « Coco », n’a pas inspiré autant de parents de par son prénom.

On peut donc en conclure que la mode qui influence les prénoms français subit elle aussi des changements politiques. Elle se nourrit d’art et de musique, se confectionne dans les ateliers de grands couturiers, se rend au cinéma, regarde la télévision et parfois, nostalgique, se rappelle les grandes victoires sportives et salue ses légendes.